Le tour du lac du Bourget 2010 : Ultime étape !

Publié: 10/18/2010 dans Uncategorized

Bon et bien voilà, c’est fait et fini pour cette année. Fini les samedis (et semaines !) de perdus pour une course de trail le dimanche, 3 mois que çà dure, chaque WE.

Hier c’était donc le « trail » du tour du lac du Bourget (55km), je mets çà entre guillemets car avec les deux tiers du parcours sur route et seulement 1300 m de dénivelé positif on ne peut pas vraiment parler de trail… Surtout avec un ravitaillement tous les 7km et les personnes faisant ce tour en relais par équipe de 3.

http://www.grandecoursedulac.com/

Bref, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais, habitant maintenant à coté (col du chat) et ce n’est pas dis que je cours autant l’année prochaine. Ce n’aura donc pas été le plus beau trail de cette courte saison (comparé aux saisons de 8 mois que j’avais l’habitude de faire) mais au moins en me levant tout les jours, je pourrais me dire en regardant ce lac que j’ai fait le tour et çà compte vraiment pour quelque chose même si çà peut paraître un peu prétentieux.

Pour parler de la course, le départ a été donné à 9h sur le port d’Aix les Bains, 80 équipes de relais et 70 individuels, direction le Bourget du lac par la piste cyclable. Etant donné que je suis très mauvais en départ all shot, je me suis décidé à partir avec le groupe de tête, c’est-à-dire avec les 15 ou 20 premiers. Cependant le rythme est très élevé, çà cours à 15/16 km/h sur les 15 premiers kilomètres de plat jusqu’à la montée pour Bourdeau, je tiens bon mais c’est très difficile, je me rends rapidement compte que la plupart des coureurs avec moi sont des habitués de courses sur route plate, donc très rapides sur le plat contrairement à moi… Surtout qu’il faut dire que l’on fait course commune avec des gens qui courent en équipe et qui donc vont à fond sur leur relais de 13, 24 et 18 km, mais il est difficile de les dissocier des individuels car on n’arrive pas toujours à voir le numéro de dossard. On est donc toujours en compagnie de coureurs rapides et frais qui souvent nous dépassent au début de leur relais, ce n’est pas très bon pour le moral et çà rend aussi difficile la gestion de course car on ne sait pas vraiment si on est toujours dans le rythme. On essaye alors de suivre des personnes qui sont trop rapides pour nous, et çà ce n’est pas bon pour la gestion de la course globale. Donc, arrivé avant la montée de Bourdeau, premier relais et fin du plat, ouf ! mais pas vraiment car pour la montée au col du chat on est donc rejoins par les relayeurs, la montée au col par le sentier est rapide mais c’est sur des profils raides comme celui-ci que je peux me reposer par rapport aux autres « routeux ». S’en suit un parcours top classe sur les crêtes dominant le lac, mi route/mi sentier sur 10km puis 10km de descente puis plat sur route qui vont me flinguer littéralement. On arrive alors au deuxième relais, complètement à l’autre bout du lac après 38 km. Et c’est là que tout empire, alors que j’avais résisté à la descente super rapide sur la route à plus de 18 ou 20km/h, les relayeurs nous mettent une mine dans la montée de la Chambotte par la route ! Je paye cash mes efforts et ma négligence des ravitaillements précédent pour rester en contact avec la tête de course, cela ce résulte avec de grosses crampes (limite à tomber par terre…) qui m’obligent à marcher sur 5km jusqu’à la falaise de la Chambotte, je dois perdre une heure avec cette histoire… Heureusement pour le moral, la suite est vallonnée sur le magnifique sentier sous la falaise, s’en suit un parcours dément avec encore de belles montées et descentes dans des sous-bois mythiques de châtaigniers ! Pas trop de route jusqu’à l’arrivée pour ces 10 derniers kilomètres, les organisateurs connaissent bien le coin et ont évité au maximum la route, c’est trop bien. Une arrivé donc bien mérité avec Corinne qui était là pour m’accueillir et avec un sentiment contrasté par la déception de ne pas avoir tenu le rythme (ou plutôt de n’avoir pas bien géré) et par le sentiment d’avoir réalisé ce tour tant espéré.

 

Parcours du tour du lac du Bourget

 

Pour moi c’est terminé les trails pour cette année, sauf si j’en trouve un trop bien en novembre, on n’arrête jamais vraiment un drogué… Ensuite, à partir de décembre c’est la cascade de glace et dry tooling jusqu’en mars !!! Mais pour l’instant, le WE prochain je vais à Paris avec Corinne et sa sœur pour le concert de Lady Gaga (non, ce n’est pas une blague…) et le WE d’après (samedi 30) c’est le déménagement final au col du chat. J’aurais ensuite tout le mois de novembre pour me remettre enfin au dry !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s