Dolce Vita, 600m, 8a

Publié: 07/24/2012 dans Uncategorized
dolce_vita_croix_des_tetes_topo_gaetan_raymond

dolce_vita_croix_des_tetes_topo_gaetan_raymond

Hier avec Julien nous avons gravi Dolce Vita à la croix des têtes en Maurienne. Ayant déjà fait sa voisine de gauche l’année dernière (Happy birthday), je m’attendais donc à un style old school et soutenu sur un rocher bien adhérent. Nous partons tranquillement la veille pour bivouaquer au passage du pin brulé, bivouac 5 étoiles et des braises encore chaudes pour rallumer le feu !

Bivouac 5 étoiles au passage du pin brulé

Bivouac 5 étoiles au passage du pin brulé

Le lendemain matin, au lever du jour, nous ne trouvons pas les spits du départ en 5b. Heureusement le premier relais est accessible à pied par une ancienne voie. La première longueur en 6c+ est vite avalée, le moral est bon. J’ai gagné au tirage au sort pour partir en tête dans le 7c+ suivant. Pas trop échauffé je me demande bien si ça peut le faire à vue, j’avance bien, la difficulté est crescendo.

L2, 7c+

L2, 7c+

Un mouvement morpho aura raison de moi, je me repose un peu mais cela ne suffit pas à ce que je réussi ce pas de bloc. Pas grave, il y a encore 16 longueurs à faire, autant s’économiser ! La suite à l’air plus classique (7a+) dans un grand mur jaune vertical mais qui paraît lisse au milieu…

L3, 7a+

L3, 7a+

Un autre grand mouv’ sur micro-prises ! La suite déroule sur de bonnes prises dans un léger dévers, un régal. Finalement je n’ai pas vraiment eu de chance au tirage au sort, la longueur suivante est encore une dalle… 7b+ où il faut bien louvoyer et à la difficulté encore crescendo, je me suis battu jusqu’au bout, jusqu’au crux encore une fois, dommage.

L4, 7b+

L4, 7b+

La section est bien dure, micro-pieds et déchiffrage des méthodes pas facile à vue. Julien a finalement eu de la chance, il se tape toutes les longueurs verticales et légers dévers, après deux longueurs de transition L7 est un très beau mur en 7a+ parsemé de réglettes crochetantes, le top !

L7, 7a+

L7, 7a+

La longueur suivante est un 7b pas évident et pas vraiment majeur. La suite se complique nettement, le peu de passage depuis 20ans a laissé place à la mousse et au lichen qui reposent à présent dans les prises mais les quelques passages ont aussi cassé des prises (infos des équipeurs). Bref, on s’est battu même dans les 6a/6b initialement prévus dans le topo, nous qui pensions se reposer et délayer un peu c’était fichu…

une des 5 longueurs pas top du milieu, L10, 6b

une des 5 longueurs pas top du milieu, L10, 6b

On a même recoté le 7a+ et le 6c+ qui se suivent par un 8a et un 7b.

L11, 8a

L11, 8a

Heureusement, à partir de L14 on a droit à 3 longueurs en 6c de toutes beauté, le sourire est alors revenu ! Rocher gris adhérent, sculptures, gouttes d’eau, la totale !

L14, 6c

L14, 6c

Une longueur en 6b scabreu pour terminer et nous voilà au sommet après 13h d’effort sans relâchement, ouf !! Bien content d’être sorti, cette voie vaut le coup jusqu’à R8, je vous conseille de redescendre en rappel à ce moment-là. Si vous souhaitez continuer, ayez l’âme d’un montagnard et prenez la brosse métallique ! Vous ne serez en suite pas déçu par les 3 derniers 6c. Et à y réfléchir, une fois bien nettoyés, le 8a et le 7b pourraient être majeurs !

Bref, une voie à recommander tout de même pour sa première partie. Contrairement au topo, Dolce Vita dans son intégralité est 3 fois plus soutenu et moins jolie qu’Happy Birthday. Donc voici ci-dessous mon topo détaillé de la voie actualisé :

Acces : Vallée de la Maurienne, de Saint Martin la porte, prendre direction Charbutan. Se garer sur la gauche au parking des Planchettes dans un virage à droite (1361m).

Approche : Du parking des Planchettes (en contre-bas du parking, la traversée de la rivière peut s’avérer difficile en fonction des années, blocs et arbres en tout genre), comptez 1h30 à 2h pour aller au passage du pin brulé (bivouac magnifique conseillé), et ensuite 30min pour descendre la via ferrata (attention aux ancrages du câble qui ne sont pas fiables). 2h à 2h30 au total.

Histoire : Equipé du haut en juin 1990 par les équipes composées de M. Malvolti, F. Valet, D, C et J Gros et E. Aubert.

Infos : 600m, 8a max, 7b obligatoire. Exposition Sud-Ouest. Tous les relais sauf R0 sont sur chaines, descente en rappel dans la voie possible. Longueurs de 20 à 35m. 12 dégaines. Principalement en dalles, 5 longueurs lichéneuses (L9->L13) qui pourraient poser de gros soucis à ceux qui n’ont pas l’habitude de ce genre de rocher typé « montagne ». A l’ombre en jusqu’à 12h en Juillet et ensuite fort vents thermiques. Comptez environ 13h d’ascension.

Commentaires : L2, L3, L4, L7, L8, L14, L15 et L16 vraiment classes mais pas faciles. Escalade soutenue et pas évidente à vue. Depuis l’ouverture, plusieurs prises ont cassé et la mousse et le lichen ont poussé, les cotations sont donc maintenant différentes du topo original. Par contre les 5 longueurs lichéneuses (L9->L13) gâchent vraiment cette voie, elles ne sont pas du tout plaisantes et ça peut même devenir galère de progresser à cause de tout ce lichen, mousse, herbe et terre… Mieux vaut avoir l’habitude de ce terrain, sinon je conseille de descendre en rappel à partir de R8, les premières longueurs valent à elles seule le coup, en plus vous aurez le temps de travailler celles qui n’auraient pas été enchainées à vue. Mais si vous décidez de continuer vous ne serez pas déçu de l’effort fourni : L14, L15 et L16 sont démentes ! En tout cas cette voie est beaucoup plus soutenue qu’ »Happy Birthday » et nécessite une bonne pratique des voies typés « montagne » pour venir à bout des 5 longueurs du milieu.

Description des longueurs :

L0 : Attaque par la voie 1967, rampe herbeuse facile et non équipée vers la gauche, R0 sur une petite vire avec deux spits. Pas vu de spits au petit matin pour le départ direct. Départ conseillé.

L1 : 6c+, dalle lichéneuse jusqu’à un relais sur chaine (continuer), puis mur vertical sur bonnes réglette et traversée à droite dans le bombé en rocher gris.

L2 : 7c+, grand mur gris en dalle, difficulté progressive jusqu’à un grand mouvement.

L3 : 7a+, grand mur jaune vertical, bonnes prises en général, crux morpho au milieu de la longueur.

L4 : 7b+, louvoyer entre les spits, difficulté progressive jusqu’à une section soutenue dans un bombé avec des petites prises de pieds (au niveau d’un spit avec un gros maillon rouillé). La cerise sur le gâteau avant le relais : un jeté un peu psyco avec une écaille en inversée et pieds à plat !

L5 : 6b, pas commode, vire herbeuse à passer puis grand mur en dalle.

L6 : 6a+, petite longueur jolie.

L7 : 7a+, belle dalle facile puis mur vertical majeur sur petites réglettes et très beaux mouvement.

L8 : 7b, fil de pilier entre dalle et dévers. Un mouvement morpho en déséquilibre suivi de sections pas faciles.

L9 : 5c, pas commode dans l’herbe, la terre et le lichen.

L10 : 6b, traversée ascendante à gauche pas évidente puis fissure herbeuse et lichéneuse pas commode. Attention à la sortie exposée, rocher mauvais, lichen et touffes d’herbes.

L11 : 8a, Très lichéneux et du coup pas facile à grimper, une section très bloc dans un mur raide puis soutenu sur micro-prises. Sortie en léger dévers sur belles réglettes et bonnes prises. Relais suspendu.

L12 : 7b, très beau départ soutenu sur petites réglettes, pas évident à vue, la suite n’est pas plus facile. Sortie pas commode sur du lichen, prudence.

L13 : 6b+, lichéneux et pas commode sortie herbeuse.

L14 : 6c, grande dalle majeure en rocher gris sculptée et sans lichen !

L15 : 6c, bonnes prises puis une section en dalles sur belles réglettes.

L16 : 6c, traversé à gauche en dalle pas évidente mais très jolie. Au niveau du dernier spit de la traversé, continuer à traverser à l’horizontale pour rejoindre « Happy Birthday ». Retraverser à droite avec une fissure en inversée, ne pas clipper les deux points de cette voie (tirage sinon), ce n’est pas très difficile. Continuer à traverser à droite en quittant cette fissure pour rejoindre le spit de la voie qui est complètement à l’horizontal à droite. Traversées impressionnantes mais pas difficiles et dans du rocher adhérent et prisu.

L17 : 6b, rocher douteux, vielle corde en haut, pas commode.

Sortie et descente : de R17, passer à gauche sur l’arrête (deux spits du relais d’HB) puis redescendre derrière pour remonter un petit goulet jusqu’au bloc coincé qu’on contourne pas la gauche pour ensuite rejoindre un relais sur deux spits reliés pas une corde blanche (on voit ce relais de l’arrête). Ensuite, rejoindre le col et descendre en traversant la dalle d’ardoise (un spit au milieu pour ceux qui sont pas à l’aise) puis un grand goulet caillouteux, une traversée (deux spits) et encore un grand goulet pour rejoindre le passage du pin brulé. Du sommet, comptez 1h30 à 2h jusqu’au parking.

commentaires
  1. favier robert dit :

    bonjour
    je suis un de ceux qui ont laissé des braises au pin brûlé
    votre ascension est super
    félicitations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s